Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vice & Versa

Vice & Versa 2014, c'est fini !

2 Mai 2014, 15:11pm

Publié par Festival Vice & Versa

Le festival Vice & Versa 2014 vient de se terminer… Nous avons rangé nos serres et notre guinguette, l’occasion pour nous de revenir sur cette onzième édition.


Cette année encore, vous êtes venus nombreux et enthousiastes, malgré le froid et la pluie, et nous vous en remercions ! De nouveaux spectateurs nous arrivent de loin, avec des groupes venus de Montélimar, Irigny, Lyon... Certains nous sont fidèles depuis plusieurs années, et leur présence nous encourage à maintenir la qualité et l’accessibilité des spectacles, ainsi que l’accueil des artistes et du public. Nous faisons de notre mieux pour que vous profitiez de l’instant, même si certaines déceptions surgissent face à des spectacles qui, victimes de leur succès, ou d’une petite jauge, sont très vite pris d’assaut !


A nos côtés pour vous accueillir et vous émerveiller, nous pouvons compter sur des bénévoles toujours motivés, et plus nombreux d’année en année ! Un immense merci à eux pour leur engagement et le cœur qu’ils mettent à l’ouvrage ! Un immense merci aux artistes également qui par leur présence et leurs merveilleuses créations permettent au festival de vibrer et d’être un écrin d’émotions…


Lors de cette édition, vous avez pu profiter d’une kyrielle de propositions, avec notamment de nouvelles créations (La  caravane de Bonumeur, Le thé d’Alice, L’objetarium, La nuit les arbres dansent…). Il y avait également pour égayer le site des sapins vos étoiles, montgolfières décorées lâchées à la tombée de la nuit, et les guirlandes de vos petits bonheurs : merci à vous pour ces participations !


Nous espérons que chacun d’entre vous, quelque soit son âge, et ses motivations à venir à notre rencontre, a pu trouver son bonheur, autant que possible, sur le festival… Et à l’année prochaine !

 


10296565_10152105841882339_1960242332983831593_n.jpg

Vice & Versa 2014 - Crédit photo: Claire Raflegeau

Commenter cet article